RÉTABLIR L’ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE 


Dans notre mode de vie actuelle, où nous sommes trop sédentaires, mal oxygénés, nourris d’aliments appauvris en catalyseurs divers, il est courant de voir des troubles de santé dus à une accumulation d’acides.

 

~Dr Catherine Kousmine~



Face aux agressions qui le mettent à mal et l’acidifient (pollutions extérieurs et intérieurs), notre organisme se défend en modulant les variations.

Il va donc mettre en œuvre, à notre insu, de nombreux mécanismes physiologiques et biologiques pour tenter de rééquilibrer le terrain.

 

La « machine à équilibre acido-basique » tamponne le plus souvent bien nos gestes acidifiants. Jusqu’au jour où elle déclare forfait.  

Le déséquilibre de notre « chimie interne » donne alors lieu à une cascade de troubles plus ou moins graves qui nuisent à notre qualité de vie.

 

EN SAVOIR PLUS

 



Le déséquilibre acido-basique

Pour comprendre les rouages de l’équilibre acido-basique et ses conséquences

 


 

Cependant, des réflexes alimentaires simples, des gestes d’hygiènes de vie accessibles à tous permettent le plus souvent de rétablir l’équilibre acido-basique 

 

Je vous propose dans cet article

quelques conseils simples et efficaces à appliquer au quotidien

pour remédier à un déséquilibre acido-basique. 

 

 

Favorisez une alimentation alcalinisante

  

LE PRINCIPE :

 

Lorsque la quantité d’aliments acidifiants (et pour certaines personnes aussi acides) consommée est supérieure à celle des aliments alcalins, alors le corps s’acidifie.

 

ALIMENTS ACIDIFIANTS, ALCALINS ET ACIDES

Il est important de faire la différence entre les aliments acides, les aliments acidifiants et les aliments alcalins (bases)

8 LES ALIMENTS ACIDIFIANTS

Ils ne sont pas nécessairement acides au goût, mais le corps produit des acides lorsqu’ils les digèrent.

8 LES ALIMENTS ALCALINISANTS

Ils neutralisent (légumes) et tamponnent (fruits) l’acidité.

Certains féculents sont aussi légèrement alcalinisants : châtaigne, pomme de terre, haricot sec.

8 LES ALIMENTS AU GOÛT ACIDE

Au cours de la digestion, les acides (dits faibles) qu’ils contiennent sont oxydés et transformés en bicarbonates (qui tamponnent l’acidité). 

Toutefois, les acides auront du mal à être oxydés et transformés chez certaines personnes.

Les aliments acides ont une action acidifiante ou alcalinisante suivant la personne qui les consomme.

 

EN PRATIQUE :

 

Favorisez les aliments alcalins et limitez les aliments acidifiants.

Optez pour un équilibre 70/30 : 70 % d’aliments alcalins pour 30 % d’aliments acidifiants.

 

Apprenez à jouer sur les associations aliments acidifiants/alcalins.

En consommant des aliments acidifiants et alcalinisants au même repas, un équilibre s’établit : les bases des uns venants neutralisant les acides des autres.  

 

EXEMPLES

Riz et tomate,

Pâte et épinard,

Saumon et haricots verts,

Œuf et tomates provençales.

 

Salez moins et aromatisez aux épices et aux fines herbes.

Épices (muscades, poivre, cannelle…) , fines herbes, ail et oignon apporteront du goût à vos plats tout en vous faisant profiter de leurs nombreuses vertus (acido-basique, detox, antioxydantes…)

 

Évitez les plats « tout prêt ».

Pauvre en potassium, vitamines et minéraux, ils sont riches en sel, et en huile végétale industrielle, ils ont rarement un bon indice PRAL.  

 

MON CONSEIL

Apprenez à lire les étiquettes.

Plus la liste des ingrédients vous semble longue (avec un grand nombre d’additifs), plus il faut vous en méfier.

 

 Limitez les eaux riches en chlorures.

Si la quantité de chlorure d’une eau minérale est supérieur à 200 mg/l, évitez de la boire au quotidien. 

 

Évitez les carences en vitamines et oligo-éléments

 

LE PRINCIPE :

 

Beaucoup d’acides sont le résultat de mauvaises transformations biochimiques dues à une carence en vitamines et oligo-éléments.

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Pour transformer les substances chimiques, le corps doit les faire passer par une série de transformations dans lesquelles interviennent des enzymes.

Or, vitamines et oligo-éléments sont des « activateurs d’enzymes ».

La carence en un activateur ralentira l’activité de tous les enzymes de la chaîne de transformation.

Les substances intermédiaires de cette chaîne étant le plus souvent acides, on comprend qu’une carence en vitamines et oligoéléments peut être un facteur favorisant l’acidification du terrain.

 

EN PRATIQUE :

 

Optez pour une alimentation riche en fruits et légumes bio (ou culture saine), et en circuits courts.

 

MES CONSEILS

8Bien évidemment, si vous n’avez pas l’habitude de consommer de grandes quantités de fruits et légumes, l’introduction des végétaux devra se faire progressivement.

8 Les légumes racines (carottes, panais…), les légumes verts (concombres…), les pommes de terre, les bananes sont riche en potassium et donc un atout dans une alimentation visant à alcaliniser le terrain.

 

Évitez ou limitez les aliments raffinés (sucres blancs, céréales et huiles raffinés…)  et/ou transformés, car les procédés de raffinage, de conservation… diminuent la quantité de vitamines et d’oligo-éléments.

Favorisez des cuissons à basse température (vapeur, pochage, papillotte…)  qui respectent mieux les vitamines, et les minéraux.  

 

Bien s’oxygénez  

  

LE PRINCIPE :

La sous-oxygénation diminue la « combustion » des acides. 

 

EN PRATIQUE :

 

Bougez 

Promenade, marche, natation, vélo…

Même si l’âge, un handicap ou une maladie vous impose des limites, il est souvent possible de commencer par marcher régulièrement.

L’oxygénation due à une promenade suffit à elle seule, à oxyder de nombreux acides en circulation. 

 

LES BIENFAITS DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE

Une activité physique s’accompagne d’une respiration plus rapide.

8 Or la respiration est un moyen qu’utilise notre corps pour éliminer des acides.

8 Par ailleurs, le travail musculaire augmente la chaleur interne et favorise la transpiration qui est aussi une « porte de sortie » des acides.

 

 

Apprenez à mieux respirer.

Une respiration plus profonde et moins rapide sera favorable à une meilleure oxygénation. Le plus souvent, nous avons une petite respiration limitée au haut du corps. Or, cette respiration ne permet pas un bon renouvellement de l’air vicié.

 La respiration diaphragmatique (bien connue des apnéistes et des chanteurs), en impliquant le ventre, permet de faire descendre l’air bien plus bas. 

   

MIEUX RESPIRER = MIEUX VIVRE

8 Prenez le temps de vous poser quelques minutes au moins 2 fois par jour pour :

-        Respirer consciemment

-        Vous offrir quelques respirations très profondes, lentes, et amples.

Vous serez surpris des bienfaits que vous en retirerez.

8 Vous pouvez aussi allez plus loin dans votre démarche et pratiquez la cohérence cardiaque.

 

Veillez à avoir une bonne hygiène de vie

 

LE PRINCIPE :

Le surmenage, le déficit de sommeil et le stress augmentent le taux d’acidité du corps.

EN PRATIQUE :

Prendre des mesures pour limiter les sources de stress ou apprenez à les apprivoiser.

Accordez-vous des moments de répit pour prendre du recul et du temps pour prendre soin de vous.

 

Favorisez une meilleure qualité de sommeil

 

DES ARTICLES POUR APPROFONDIR LE SUJET

 


 4 mesures anti-stress

<Pour parvenir à apprivoiser son stress

 


Mieux dormir, comment y parvenir ?

 < Des conseils pour vous aider à optimiser votre sommeil

 


 

Favorisez l’élimination

 

 

 

LE PRINCIPE :

Des éliminations insuffisantes entrainent une accumulation d’acides dans le corps.

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Les acides exogènes (apportés par les aliments) et les acides endogènes (produits par le fonctionnement du corps) sont évacuées grâce au travail des reins et de la peau .

De la bonne marche de ces émonctoires dépendra donc le taux d’acides accumulés dans le terrain.

  

EN PRATIQUE :

Veillez à avoir une bonne hydratation.

Buvez beaucoup d’eau en favorisant des eaux riches en bicarbonates. Une astuce pour boire en quantité suffisante est d’absorber du liquide après chaque miction.

Vous pouvez aussi boire des infusions 

Des plantes comme le sureau ou le tilleul sont connues pour leurs vertus sudorifiques (c’est-à-dire qu’elles augmentent la sudation).

Queues de cerises et feuilles de cassis sont réputées pour leur effet diurétique

La piloselle, quant à elle est connu pour être à la fois diurétique et désinfectante des voies urinaires.

 

Transpirez

Sport, hammam, sauna, bain chaud.

 

BAIN CHAUD OU BAIN HYPERTHERMIQUE

8 Pensez à boire un grand verre d’eau avant votre bain.

Vous pouvez aussi opter pour une tisane aux vertus.

8 Température du bain (selon tolérance) : entre 39° et 42° (max).

L’idée est de prendre un bain le plus chaud possible pour vous, pas de faire un malaise ou de sortir rouge écrevisse.

Le bain doit être agréable et supportable.

8 Il est important de permettre à l’organisme de s’habituer au bain hyperthermique. Rentrer brusquement dans l’eau chaude enclenchera une fermeture des pores.

Entrez dans un bain à 37° et augmenter progressivement la température en rajoutant de l’eau chaude.

8 Sortir doucement de l’eau est aussi essentielle. 

S’étendre 30 minutes après le bain emmailloté dans une peignoir ou un plaid permettra au corps d’achever sa sudation et de retrouver son équilibre. 

Ce bain hyperyhermique a des contre-indications dont il faudra tenir compte (femme enceinte par exemple)

 

Ne fumez pas !

Le tabac est l’ennemi des reins. (le tabagisme nuit à l'hémodynamique rénale et augmente également le risque de progression de l'insuffisance rénale)

 

DES ARTICLES POUR VOUS AIDER

 


 Commencer une nouvelle vie sans fumée

8 Des conseils pour rompre avec cette addiction

 


Arrêter de fumer – les solutions naturelles

8 Des conseils pour vous aider à optimiser votre sommeil

 


 

Soutenir le foie

 

LE PRINCIPE :

 

L’alcalinisation du bol alimentaire à lieu grâce aux sécrétions de la biliaires et pancréatiques.

Une faiblesse hépatique (sécrétions qualitativement et quantitativement insuffisantes) entraîne donc une mauvaise alcalinisation du bol alimentaire.  Le corps absorbera alors beaucoup plus de substances acides qu’il ne le devrait.

Il est donc important de chouchouter son foie. 

 

 

EN PRATIQUE :

 

Une alimentation saine et équilibré

Évitez les excès d’alcool, de matières grasses, de fritures, d’aliments industriels qui contiennent des additifs chimiques et du sucre qui engorgent le foie.

Favorisez les céréales complètes riche en fibres  (qui ralentissent la diffusion des glucides) et apportent des vitamines B indispensables au bon travail du foie.

Buvez chaud

Le matin à jeun, vous pouvez boire de l’eau chaude toute simple ou accompagné d’un demi-citron.

Vous pouvez aussi boire une fois par jour une tisane de romarin ou de pissenlit

Le foie a besoin de chaleur

Si vous digérez mal, vous pouvez mettre une bouillotte en regard du foie.

Évitez le tabac et les polluants en général. 

 

Soignez votre intestin

 

LE PRINCIPE :

 

La barrière intestinale joue un rôle important sans l’absorption des nutriments.

Le microbiote intestinal joue un rôle dans la digestion,

-        Transformation de certains acides gras (acide butyrique…)

-        Transformation des polyphénols antioxydant non absorbables par l’organisme en petites molécules absorbables et donc effectivement antioxydantes

Par ailleurs, un intestin poreux (hyperperméable)  facilitera l’absorption de substances toxiques et acides.

 

  

 

EN PRATIQUE :

 

Favorisez le transit

Prenez vos repas à horaires fixes.

Favorisez la consommation de fibres, une bonne hydratation

En cas de constipation chronique, favorisez votre transit au moyen de plantes riches en mucilages (par exemple les graines de psyllium) et des eaux riches en magnésium (exemple Hepar) plutôt que d’utiliser des laxatifs.

 

Soignez votre microbiote 

 

Incorporez dans votre alimentation des aliments riches en pré et probiotiques.

 

Faisons le point

 

Un ensemble d’éléments est essentiel au maintien de l’équilibre acido-basique :

-        Une bonne hygiène alimentaire : alimentation riche en flavonoïdes, et une association équilibré d’aliments acidifiants et alcalinisants, une bonne hydratation.

-        Une bonne hygiène de vie : une bonne oxygénation, pas de tabac, peu de stress ou bien apprivoisé, un bon sommeil…

-        Des nettoyeurs (reins, foie, poumons) chouchoutés

 

Si vous n’arrivez pas à rétablir votre équilibre acido-basique, il est possible de prendre des compléments riches en minéraux tamponnant (citrates de magnésium, potassium, calcium) et des plantes pour reminéraliser ou soutenir les organes émonctoires. Demandez conseils.

 

 


Je peux aussi vous accompagner et vous guider pour mettre en place un programme d’accompagnement naturel, 

 personnalisé, et adapté à votre situation et à vos problématiques.



Les informations issues du présent article ne constituent ni une recommandation personnelle en naturopathie, ni un diagnostic ou un traitement médical. Il ne s’agit en aucune manière d’une incitation à quitter la médecine conventionnelle.

L’ensemble des informations ne constituent qu’un partage d’informations puisées dans la littérature et de conseils qui correspondent à l’opinion personnel de son auteur. Cet article a donc pour seul but d’informer sur le mieux-être.

Phytologie et hygiène naturelle doivent en effet être adapté à chaque cas par un professionnel qui prendra en compte l’âge, le terrain, les traitements médicamenteux du consultant. Toute mise en application des informations citées dans cet article ne devra être faite qu’à la discrétion du lecteur et à ses propres risques,

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités.

Les images utilisées dans l’article sont de libres de droits. Si par erreur, l'une d'entre elles ne respecte pas les droits d'auteurs, je vous invite à me contacter directement par email afin que je puisse faire le nécessaire

Les droits de propriété intellectuelle de cet article appartiennent à son auteur. La reproduction de cet article est totalement interdite sans la permission écrite de son propriétaire.